BIENVENUE SUR LA FAQ DES INCROYABLES COMESTIBLES

Foire au questions

GENÈSE ET STRUCTURE

Qu'est ce que le mouvement des Incroyables Comestibles ?

Le mouvement des Incroyables Comestibles est un mouvement participatif citoyen éthique et solidaire, apolitique, respectueux des croyances et des convictions de chacun, de participation libre et entièrement gratuite, sans but lucratif, mondial et autonome.
Il vise l’autosuffisance alimentaire des territoires et apporte une nouvelle perspective dans une dynamique mobilisatrice visant à nourrir les populations de façon saine pour l’homme et la planète, localement, en suffisance et en co-responsabilité, dans la joie et la dignité de chacun.

Comment est né le mouvement Incredible Edible ?

L’initiative Incredible Edible est née en 2008 à Todmorden, petite ville du nord de l’Angleterre, où deux habitantes désireuses d’agir positivement face à la crise et au déclin ont réalisé des plantations sur l’espace public et les ont mises en partage. En l’espace de peu de temps, un collectif d’habitants s’est formé et a progressivement transformé l’espace public en jardin potager géant, gratuit et accessible à tous.
Ralliant rapidement les pouvoirs publics à cette cause et ces actions de pur bon sens, la ville s’est ainsi mise en marche vers l’autosuffisance alimentaire. Malgré un objectif à 10 ans, en 2011, trois ans seulement après le lancement de cette initiative citoyenne, le choix du manger local (selon un approvisionnement dans un rayon de 50 miles) était devenu le critère principal pour 83% de la population. Depuis, 40 villes anglaises se sont ralliées au mouvement, soutenues par le prince Charles.

Comment est né le mouvement Incroyables Comestibles en France ?

Le mouvement Incroyables Comestibles est né en France fin 2011 à l’initiative de deux familles situées en Alsace, dans les villages de Fréland et de Colroy-la-Roche.
Au cours de la rencontre de l’été 2012 entre Mary Clear, Pam Warhurst et Estelle Brown & François Rouillay et Jean-Michel Herbillon, les fondatrices anglaises ont confié un mandat aux deux initiateurs français pour impulser et organiser le développement du mouvement en France

Quel est l'ampleur du mouvement ?

Le mouvement s’est développé de façon rapide, à l’échelle planétaire. Passé de ce côté-ci de la Manche en 2012, devenant alors les Incroyables Comestibles, sous parrainage et mandat des fondatrices anglaises, il a déjà irradié sur plus de 500 communes en France, de l’Alsace à Nouméa, et des actions sont engagées dans plus de 700 villes dans 25 pays, sur tous les continents, avec notamment des initiatives très prometteuses en Afrique, Asie, Moyen-Orient, Amérique du Sud, etc.

Quels liens avec Todmorden ?

Outre ce mandat initial pour la France, les initiatrices anglaises ont également confié le développement du mouvement dans les pays francophones et alliés. Cela a permis d’accompagner des initiatives citoyennes dans plus d’une quinzaine de pays.

Quelle est la forme juridique du mouvement ?

En avril 2013, l’association Incredible Edible France a vu le jour dans l’optique de fédérer les premières initiatives françaises, de faciliter un potentiel développement du mouvement et d’assurer la cohérence et le respect de l’esprit de ce mouvement international citoyen et du mandat anglais.
Le mouvement ayant été lancé depuis l’Alsace, l’association relève donc naturellement du droit associatif Alsacien-Mosellan (qui se trouve être globalement plus avantageux) et est l’équivalent du format plus connu de la loi de 1901 (en l’occurrence 1908).
De fait le mouvement s’est depuis largement développé et les statuts initiaux de l’association sont donc aujourd’hui en cours de révision et d’actualisation.

Est-ce un statut juridique spécifique ?

La seule forme juridique nationale est donc celle de 1908 (1901) qui n’a que vocation à fédérer et faciliter le mouvement global et ceci ne procure pour autant aucun droit d’autorité ni de hiérarchie.
Ensuite tous les groupes locaux ont pleine liberté pour choisir leur propre organisation : collectif sans statut, associations déclarées, modèles entrepreneuriaux, etc.).
Dans tous les cas sur le plan pratique l’implantation en Alsace de l’association d’origine n’a pas d’incidence particulière puisque l’équipe nationale travaille en réseau décentralisé avec des personnes géographiquement situées dans tout le pays, représentatives de nombreux groupes locaux, mettant à disposition du national des compétences et des expériences complémentaires.

Existe-t-il une charte ?

Oui et c’est bien le cœur éthique du mouvement et le seul élément « conditionnel ». C’est dans le cadre du mandat initial confié par l’équipe anglaise que l’association France a rédigé avec Pam et Mary la Charte Fondamentale des Incroyables Comestibles, qui scelle le bien commun du mouvement.
Lire la charte fondamentale

REPRÉSENTATIVITÉ

Pourquoi entend-on parler de « coordination nationale » ?

La vocation de l’association nationale et la mission des équipes au travail est de faciliter et d’assurer la coordination globale des actions et le développement du mouvement.
Aucune prévalence sinon d’assurer le respect global de la charte, la cohérence et la concertation filée avec la source de Todmorden. Pour tout le reste et comme précisé dans la question suivante le global et le local sont en pleine complémentarité et non en relation quelconque de hiérarchie.

Quel est le positionnement de la coordination ?

Elle est structure d’appui et de développement (comme toutes les têtes de réseaux) et non pas structure de gouvernance (autonomie des initiatives locales).
Il ne s’agit donc pas d’une posture de type hiérarchique verticale mais simplement de la réalité d’échelles des réseaux comme les Incroyables Comestibles : il y a à la fois des groupes locaux proactifs sur les territoires et une équipe (à dimension variable) qui permet la transversalité des initiatives, leur visibilité, la facilitation et d’anticiper et d’accompagner des projets interconnectés assurant le développement global du réseau.
Ainsi donc le national va au local et le local au global et tous ensemble nous agissons en synchronisation sur ces différents niveaux de pertinence.
L’association Incroyables Comestibles est simplement représentative du mouvement national mais elle n’est en aucun cas une structure de gouvernance, les groupes locaux restant pleinement souverains.

Que veut dire « tête de réseau », « structure d’appui » ?

La coordination a une mission d’animation, de soutien, de conseil et d’accompagnement des groupes et de développement du mouvement. Elle propose des outils de facilitation et de développement et participe à la visibilité des actions locales, à la communication, à la pérennisation des projets, à la recherche de moyens, à la concertation inter-groupes, etc.

Qui parle au nom de qui ?

En aucun cas la coordination nationale ne parle au nom des groupes locaux et vice versa.
Une seule évidence par respect de la charte : la coordination nationale revendique globalement une action concertée et répond de l’éthique dans la diversité des projets. Et inversement un groupe ancré a toute légitimité à valoriser son appartenance au mouvement global.

Qui prend les décisions ?

Au local : tous les choix sont à discrétion des groupes.
Au national : aucune démarche de la coordination ne vient de nulle part, il s’agit toujours d’outils ou de dossiers qui par nature concernent les groupes.

POSITIONNEMENT

Qui compose la coordination nationale ?

Outre un des membres fondateurs des ICF (Jean Michel Herbillon) la coordination est composée de membres de groupes locaux investis pour la plupart dans le mouvement depuis longtemps et partageant pleinement les valeurs fédératrices et les enjeux et potentiels du réseau.
Pour la plupart tous les membres des équipes sont investis dans des mouvements, réseaux et pratiques complémentaires, décuplant ainsi les ponts et passerelles possibles vers une Transition profonde.
Ceci étant, si un noyau dur reste présent dans la durée, la coordination voit aussi des personnes s’investir soit sur un temps donné, soit sur une thématique spécifique, soit sur des compétences revendiquées et proposées.
Elle est donc faite de ce qu’est le mouvement : des citoyens dispatchés sur le territoire, impliqués dans la transition globale, motivés par le bien commun, impliqués dans des projets locaux, mettant à disposition du réseau : des énergies complémentaires et constructives.
Il y a tous les âges, tous les profils et une grande variété de compétences pour former une grande équipe dynamique.

Comment fonctionne la coordination ?

La coordination et les équipes sont à géométrie variable :

  • certains sont permanents de la coordination c’est à dire ont une vision d’ensemble et synchrone. Les variables sont : durée, régularité, disponibilité, réactivité, constance, connaissance du terrain, lien avec Incredible Edible, etc. Un temps de concertation hebdomadaire (audio-conf) est dédié à assurer ce quasi temps réel en plus d’outils de partage.
  • certains sont ressources dans la durée mais par phases. Là les variables sont : disponibilités, pertinence thématique, spécificité de compétences/motivations, pertinence géographique, etc.
  • certains enfin sont ressources « aléatoires » : disponibilité ponctuelle, compétences ponctuelles, nouveaux contributeurs, stagiaires, etc.

Dans tous les cas :

  • des sous équipes se font et varient en taille et membres selon les sujets et dossiers, mais les liens inter-équipes sont assurés à la fois par les référents, les outils collaboratifs, le partage et les points hebdomadaires intégrant des participants à mesure et à besoin
  • par leur nature et le fonctionnement, aucune « équipe » ne prévaut sur une autre
  • la dynamique par équipe permet d’identifier des nouveaux contributeurs potentiels
Comment rejoindre la coordination ?

Pour être précis on n’y entre pas vraiment puisque ce n’est pas une entité figée et fermée. Les « permanents » le sont devenus de fait, les « moins permanents » se sont directement fait connaître ou ont été identifiés et sollicités au travers de leurs actions locales, soit c’est le fruit de rencontres. Donc :

  • au réel du quotidien du mouvement, la coordination est bien vivante et « ça entre et ça sort »
  • en soi tout le monde peut contribuer de près ou de loin et la réponse pourrait alors être : tout simplement en nous contactant, en proposant et en écoutant les besoins du mouvement
  • la participation se fait de façon volontaire, essentiellement en bénévolat, sur pertinence d’implication et sans cooptation quelconque
Comment sont gérées les énergies dans la coordination ?

De fait la coordination nationale accueille toute énergie collaborative mais doit aussi gérer l’efficacité et assurer la véritable synergie de ses contributeurs.
La charte et surtout le respect, la concertation et la bienveillance y sont donc inconditionnels ! sinon nous ne serions déjà plus là depuis longtemps.
L’implication est essentiellement bénévole et donc à la fois passionnelle et fragile. Il nous faut donc composer avec cet engagement spécifique infiniment respectable mais potentielle poudrière : c’est le fameux PFH.
Ensuite si beaucoup de personnes disent « je peux aider » il n’est pas toujours évident de cerner les compétences et les sollicitations possibles. Aujourd’hui nous faisons de notre mieux pour recevoir les propositions, solliciter des contributions et faire des appels dédiés (thématiques, besoins, etc.).

ACTIONS DE LA
COORDINATION

Pourquoi une association de coordination nationale ? Et que fait-elle ?

L’association nationale a vocation à :

  • Assurer le respect de la charte fondamentale, les mandats d’origine et la coopération IE-IC
  • Conforter et développer la cohérence globale du mouvement la coopération IE-IC
  • Accueillir les initiatives de terrain
  • Soutenir les projets et les groupes
  • Développer des initiatives locales comme transversales
  • Faciliter, accompagner, valoriser et démultiplier le local et le développement global
  • Favoriser des liens avec les autres mouvements de la transition : Colibris, Permaculture, etc.
Qui gère et contrôle les initiatives locales ?

Personne sinon les groupes eux-mêmes : le mouvement Incroyables Comestibles étant totalement souverain à sa base.
De simples citoyens, des collectifs ou associations, des organisations peuvent lancer des initiatives Incroyables Comestibles sans avoir à demander la permission ou l’autorisation à qui que ce soit, sans obligation de respecter quelque protocole que ce soit, sans adhésion.
Tous les outils proposés par la coordination sont open source et outils de facilitation donc sans conditions d’usage si ce n’est le respect de la charte fondamentale.

Que fait la coordination nationale ?

Le travail opérationnel réalisé au quotidien consiste à :

  • Répondre aux nombreuses sollicitations (accueillir, informer, référencer, etc.)
  • Répondre à la presse et aux médias : le mouvement s’est considérablement développé car il a été très relayé par la presse et les médias locaux, régionaux, nationaux : plus d’un millier d’articles de presse et une trentaine de reportages TV et radio de premier plan
  • Répondre aux demandes de partenariat ou propositions diverses et variées
  • Répondre aux demandes d’intervention : conférences, table-ronde, colloques, festivals. Lien avec les groupes locaux pour assurer une réponse par un intervenant local, ou bien intervention par l’un des intervenants de l’association nationale quand c’est souhaitable
  • Faire des candidatures pour recevoir des prix permettant de donner de la visibilité au mouvement : prix génération solidarité (ARTE TV), prix de l’ANACEJ (association nationale des Conseils d’enfants et de jeunes), prix du festival de la transition, Prix de l’ESS, etc.
  • Animer le site internet et les réseaux sociaux
  • Relayer les initiatives locales
  • Faire un travail de recherche de fonds pour disposer de moyens permettant de mettre en œuvre les différentes missions évoquées ci-dessus

GROUPES
LOCAUX

Qu'est ce qu'un « groupe local » ?

Un groupe quel qu’il soit (particuliers, association, groupement, etc.) initiateur d’une démarche Incroyables Comestibles sur son territoire.
Il y a donc autant de projets que de groupes locaux, l’imagination étant la seule limite aux possibles. Aucun cadre n’est posé ni aucune formalité afin de libérer le facteur essentiel du réseau : la force des petites actions !

Quelles sont les obligations d'un groupe local ?

Aucune ! Un groupe local fait ce qu’il veut, ce qu’il souhaite, ce qu’il peut dans le contexte spécifique de son implantation.
Du simple pot sur le rebord de fenêtre à la parcelle en place centrale il n’y a pas de barème, d’échelle, de minimum ni de maximum. La puissance du mouvement est précisément dans la force des petites actions, dans l’appropriation facilitée de démarches d’implication et de participation et de valeurs fondamentales de la Transition que sont la souveraineté alimentaire et la solidarité.

À quoi s’engagent les groupes locaux ?

Les actions doivent uniquement respecter la charte éthique de bien commun et l’esprit de respect et de bienveillance qui l’anime, charte fondamentale qui stipule entre autres que le mouvement est totalement apolitique au sens partisan du terme, et sans lucrativité (ce qui ne veut pas dire sans moyens).
Pour le reste : Aucune obligation de résultats ! le mouvement est précisément dynamique et pleinement vivant parce que son fonctionnement est très organique. Certains groupes existent depuis longtemps et s’amplifient, d’autres ont existé et ne sont plus, d’autres encore fluctuent en nombre et en puissance.

Quelles sont les conditions pour créer un groupe ou un projet local ?

Aucune condition sinon le respect de la charte.
Une suggestion : se faire référencer sur le site national, simplement pour la visibilité de la dynamique ! Ensuite tout revient au local en terme de choix, d’organisation, de fonctionnement, etc.
La coordination peut aider et guider mais il n’y a pas la moindre ingérence ni obligation. Elle accueille, référence et répond sans condition ni sélection mais n’impose ni ne demande rien.

Y a-t-il un système d’adhésion pour les groupes locaux ?

Il n’y a pas d’adhésion payante. Tout groupe référencé est de fait intégré au réseau global. Ceci étant et comme toute association l’adhésion est possible et bien évidemment facilitatrice. Pour les Incroyables Comestibles elle est alors spontanée, volontaire et libre !
On peut créer un groupe, bénéficier du soutien de la coordination et être visible sans aucune condition financière. Appartient à chacun le choix de participer financièrement au travail national ou pas, à titre individuel comme collectif. Mais dans tous les cas aucune sélection ni aucune prévalence ne peuvent être craintes ou attendues.

Comment un groupe local peut-il participer au national ?

Toutes les initiatives locales constituent le mouvement lui-même et voilà déjà une implication forte de tous et chacun ! Ensuite, sur des sujets et thématiques précis, toute personne et tout groupe peut contacter la coordination et proposer sa contribution : le travail est dense et permanent à tous les niveaux.

PROJETS

Quels sont les gros projets nationaux ?

La coordination nationale travaille aujourd’hui au développement de 2 projets structurants :

  • VVCF Villes et villages comestibles de France : visant à donner de la visibilité, à soutenir et à accompagner les initiatives de transition nourricière des villes et la mise en mouvement des territoires vers l’autosuffisance alimentaire
  • MPIC Mon parcours d’Incroyable Citoyen : projet s’adressant aux jeunes générations, et leur proposant un parcours d’expérience concrète autour du thème « ma nourriture, ma planète et moi, Incroyable Citoyen ».

Et sont en cours de démarrage 2 autres projets de terrain impliquant directement de nombreux groupes en local :

  • Travail avec un groupement d’EHPAD sous enseigne Colisée qui vise à implanter les Incroyables Comestibles dans leurs établissements
  • Un partenariat est engagé avec Sanoflore. Il ne s’agit pas de greenwashing mais d’une véritable volonté de soutien de cette marque, historiquement ancrée dans le respect environnemental et la qualité des plantes utilisées dans leur gamme cosmétique. L’équipe de Sanoflore souhaite à la fois soutenir le mouvement au national, pour l’éthique de réseau et le potentiel transversal d’actions propres au changement, et participer à des actions formelles de terrain. Ainsi un soutien financier sera apporté à la tête de réseau (à hauteur de 20 000 euros) et 3 groupes IC locaux seront accompagnés pour créer des implantations dédiées (3000 euros par groupe). Il n’y aura aucun estampillage de la marque sur les sites, ni d’obligation de résultats : il s’agit de créer à chaque fois une structure type spirale dédiée aux plantes aromatiques et médicinales. La priorité est donnée à la pérennité des projets et la marque s’engage donc à soutenir chaque année 2 nouvelles initiatives et à participer à l’entretien des projets existants. Les 3 premiers groupes sont dispatchés au national : Bois d’Arcy en région parisienne, Metz et Bayonne.
Villes et villages comestibles de France ?

Les Incroyables Comestibles sont une initiative de transition citoyenne. Leur action est éminemment pédagogique, et mobilisatrice d’une force citoyenne de changement. L’autosuffisance alimentaire est au cœur de la démarche Incredible Edible, l’initiative citoyenne née à Todmorden se donnant 10 ans (2008-2018) pour permettre au territoire de la ville d’accéder à l’autosuffisance alimentaire. Le sens de la démarche VVCF est de fédérer les démarches citoyennes qui cherchent à faire bouger les lignes des systèmes alimentaires territoriaux et à enclencher la transition alimentaire des villes et des territoires. Cette démarche est initiée par les IC car l’autosuffisance alimentaire est congénitale de la démarche Incredible Edible et ce sont les IC qui ont propulsé le thème de l’autosuffisance alimentaire dans le débat public et médiatique. Pour autant cette démarche a vocation à sortir du giron étroit des Incroyables Comestibles et à être porté par un consortium d’acteurs de transition.

De nombreux groupes IC sont en demande de soutien pour avancer sur l’agenda de la transition alimentaire et de l’autosuffisance. Ils souhaitent jouer un rôle plus actif, et aller au-delà des actions Incroyables Comestibles, qui ont des actions pédagogiques et d’impulsion. Ce label citoyen vise à créer les conditions de réappropriation, par les citoyens, de l’action collective pour permettre aux citoyens de s’organiser, de disposer de ressources et d’outils pour impulser des dynamiques sur leurs territoires, aller au-devant des élus, des forces vives, des filières économiques en tant que force de proposition, d’impulsion, d’initiative, tout en restant dans l’esprit d’une démarche de transition citoyenne, écologique et solidaire.

Cette démarche vise à prendre à contre pied les processus habituels de labellisation, type certification bio ou normes ISO, qui sont des démarches souvent top-down. Ce label est citoyen dans le sens où il s’agit de créer une démarche bottom-up qui part des habitants et des citoyens. Le cahier des charges est conçu pour permettre de faciliter l’engagement volontaire, individuel et collectif, en conscience et en responsabilité. Elle permet de contrer les récupérations politique et maintenir l’autonomie du mouvement citoyen et sa légitimité à agir pour l’avenir des territoires sans instrumentalisation. La charte définit une vision d’avenir des territoires nourriciers de demain.

Cette démarche est conçue comme une démarche de convergence. Elle s’appuie sur la coordination des réseaux nationaux : ainsi, sur un territoire, c’est un groupe IC qui peut être à la pointe pour initier une démarche d’autosuffisance alimentaire, mais sur un autre territoire, ce peut être un acteur partenaire, qui va par ailleurs chercher à faciliter l’implantation de ses partenaires. Cette démarche est volontaire. Elle est gratuite. Elle permet de sceller de façon citoyenne des engagements collectifs de territoires.

Mon parcours d'Incroyable citoyen ?

C’est une démarche impulsée par l’Incr’Educ, le pole Education des Incroyables Comestibles au niveau national. Ce projet s’adresse aux nouvelles générations : enfants, adolescents, jeunes adultes. Il s’agit de leur proposer un parcours qui, dès le plus jeune âge, va leur permettre de vivre des expériences concrètes et de cheminer progressivement vers une citoyenneté active, consciente, responsable, engagée autour du thème de « ma nourriture, ma planète et moi, Incroyable Citoyen ».

Sont ciblés les professionnels de l’éducation : enseignants, accompagnants, moniteurs, encadrants de conseil de jeunes, etc. L’objectif est de leur apporter toutes les ressources leur permettant de développer une pédagogie de projet et des actions concrètes autour des thèmes de la nourriture, de l’alimentation, du gaspillage alimentaire, du lien à la terre nourricière et des plantations, du compostage, de la transition citoyenne.

MPIC vise à permettre aux jeunes générations d’évoluer dès leur plus jeune âge vers une citoyenneté active, conscience, responsable, engagée. Des ambassadeurs locaux feront le lien entre les professionnels de l’éducation qui souhaitent conduire des actions et mettre en place des parcours, et les réseaux de la transition citoyenne, de façon à mettre à disposition : tous les appuis, les ressources, les mobilisations nécessaires.

Pour mobiliser les jeunes générations, l’objectif est également de créer des univers web de quizz, de tutos et de jeu 3D qui permettent de de transformer sa ville en ville nourricière de façon virtuelle, mais également de façon bien réelle.

FINANCE

Comment ça se passe en Angleterre ?
  • Incredible Edible Todmorden est en partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie locale
  • Près d’un million de livres ont été trouvés dans le cadre d’opérations de mécénat pour financer les installations aquaponiques Incroyables Comestibles de Todmorden
  • La ferme du Walshden, qui est le centre de gravité des Incroyables Comestibles de Todmorden, est une entité économique
  • Le mouvement Incredible Edible a reçu en 2017 un soutien de la loterie nationale d’un montant de 400.000 euros
  • En Angleterre, une personne salariée assure la coordination d’une équipe nationale qui s’est constituée plus récemment qu’en France
Qu'en est-il de la gratuité ?

Les principes de gratuité et de solidarité désintéressée sont au cœur de la démarche Incredible Edible :

  • Des citoyens donnent de leur temps, et puisent dans leurs ressources (graines, plants, recyclage, etc.) pour mettre en place des bacs ou des plate-bandes de nourriture à partager
  • La charte éthique du mouvement des Incroyables Comestible mentionne le principe de non lucrativité, et de bien commun. Cela signifie non pas de fonctionner sans moyens mais que les moyens disponibles sont entièrement dévolus aux projets. Donc les initiatives et projets pour les groupes locaux et la poursuite de l’objet social pour le national (promotion et développement du mouvement)
Gratuité et moyens financiers sont ils compatibles ?

Pour faire de la gratuité à grande échelle, il faut des moyens :

  • le mouvement s’est développé à grande échelle en France parce qu’une organisation et des outils ont été mis en place, et qu’il n’était pas possible d’organiser ces déploiements dans le cadre unique du bénévolat. Le mouvement a pris une ampleur particulière en France (dépassant de loin l’implantation et le rayonnement du mouvement Incredible Edible en Angleterre, sa terre d’origine), mais aussi au Québec à partir du moment où des ressources ont pu être disponibles pour organiser une animation plus organisée, plus professionnelle que dans un cadre strictement bénévole)
  • le mouvement est dans une nouvelle phase de développement et il convient de monter d’un cran dans les capacités de mobilisations, et de travailler à des projets qui ont un impact plus signifiant sur les territoires et sur le système économique et éducatif
  • il existe une demande importante des acteurs de terrain d’être outillés et appuyés pour impulser des projets ou s’associer à des projets existants
  • tout cela nécessite des ressources, des compétences et des moyens, et ne renie en rien les valeurs et les principes du mouvement Incredible Edible, tout au contraire il s’agit plutôt d’une valorisation
Qui touche de l'argent ?

Au national : sur la quinzaine de personnes impliquées en régulier dans le travail de coordination, il y a seulement 1,5 poste de salarié, dont un mi temps précaire puisque contrat aidé ! Tous les autres sont bénévoles. Pour comparaison les Colibris ont plus de 10 salariés !
Groupes locaux : certains bénéficient de soutiens financiers de municipalités et certains vont également chercher des sponsors privés.
Encore une fois c’est la non lucrativité qui est fondamentale mais la recherche de moyens n’est pas un non-sens.

Quelques chiffres ?

Depuis la création de l’association en 2013, les ressources sont les suivantes (màj Juillet 2018) :

  • Fondation de France : 80.000 euros
  • Fondation Macif : 62.500 euros
  • Fondation François Lemarchand : 8.000 euros
  • Fondation Nature et Découverte : 2.500 euros
  • Fondation Equibio : 3.000 euros
  • 1% pour la planète : 10.000 euros
  • Fondation Léa nature : 10.000 euros
  • Fondation Terra Symbiosis : 10.000 euros
  • Prix transition : 5.000 euros
  • Aide à l’embauche : +/- 30.000 euros (1 ETP normal + 1 contrat aidé CAE / 2 ans)
  • Contrepartie d’interventions/conférences : +/- 20.000 euros
  • Autres ventes de T-shirt / DVD : 500 euros

Soit un budget global de 250.000 euros entre 2013 et 2017, donc pour 5 années de fonctionnement ; cela correspond à un budget annuel moyen de 50.000 euros pour une tête de réseau d’un mouvement participatif citoyen qui mobilise des milliers de citoyens ! Pour information, le budget du mouvement Colibri dépasse le million d’euros par an, pour une équipe d’une quinzaine de personnes.

Comment est utilisé l'argent ?

Nous ne pouvons parler là que pour le national, la gestion des groupes restant de leur pleine et entière responsabilité. Au national l’équation est simple :

  • salaires et charges d’1 ETP emploi normal + 1 contrat aidé (20h)
  • frais de fonctionnement afférant à ces deux postes
  • frais de déplacement
  • coûts de réalisation de supports : affiches, flyers, posters, panneaux, etc.

À noter que :

  • nombreux déplacements ne peuvent pas être pris en charge (et cela vaut don indirect)
  • les remboursements supposent avances qui parfois durent
  • nous déplorons de ne pas pouvoir payer décemment certaines prestations de qualité professionnelle nécessaires au mouvement (expertises techniques, etc.)
Comment sont gérés les comptes et par qui ?

Toujours pour le National :

  • les comptes de l’association IC France sont certifiés chaque année depuis la création de l’association par le cabinet Bruche Expertise Comptable / Patrice Soudre situé à Lutzelhouse (67 – Bas-Rhin)
  • les comptes certifiés des 5 années d’existence de l’association (2013-2017) sont accessibles à partir de ce lien

Vous n’avez pas trouvé de réponse à vos interrogations ? Envoyez-nous votre question !

Ecrivez nous à l’adresse faq@lesincroyablescomestibles.fr

Pin It on Pinterest